Franco-Ontarian figures

Étienne Brûlé (1592-1633)

Illustration tirée du livre The Picture Gallery of Canadian History, Vol. 1, C.W. Jefferys, assisté par T. W. McLean, The Ryerson Press, Toronto, 1970.

Doué d'un grand esprit d'indépendance, d'initiative et d'un incontestable courage, Étienne Brûlé est une personnalité remarquable et très colorée qui, dès l'âge de 18 ans, va vivre chez les Indiens. Ce sont dans les œuvres de Champlain, Sagard, Brébeuf que l'on retrouve des parcelles de la vie de cet aventurier français, qui devait probablement être le premier Blanc à avoir pénétré en Huronie, en Pennsylvanie et à avoir vu les lacs Huron, Ontario, Érié et Supérieur.

En 1618, Brûlé vit depuis déjà huit ans parmi les Indiens. Il avait vraisemblablement obtenu de Samuel de Champlain la permission de vivre avec eux et d'apprendre leur langue. S'étant intégré rapidement, ayant appris leur langue, il fut accepté comme l'un des leurs. Brûlé, en sa qualité d'interprète, servait d'agent de liaison entre les colonisateurs français et les indigènes.

Cependant, les missionnaires reprochaient à Brûlé de s'être adonné à une vie de débauche lorsqu'il vivait parmi les Indiens. Il a aussi fait du commerce avec les marchands plutôt que de s'occuper de colonisation, reproche que lui faisait Champlain. Encore plus grave, lorsque Québec fut occupé par les Anglais en 1629, Brûlé et trois de ses compagnons abandonnent Champlain et se mettent au service des frères Kirke. Cet épisode constitue la page la plus sombre de l'histoire de Brûlé. Lorsque Champlain revient en Nouvelle-France, reprendre possession de Québec en 1633, Brûlé n'est plus. Pour des raisons que l'on ignore, il fut assassiné et mangé par les Hurons, cette nation avec laquelle il passa vingt ans de sa vie.

Orientation bibliographique et repères archivistiques  :

Beaudet, Jean-François, Étienne Brûlé, Série Célébrités canadiennes, Montréal, Lidec, 1993.

Bourrie, Mark, « Controversial explorer once reviled as heathen wins memorial marker », in The Globe and Mail, September 5, 1988, p. A11.

Champlain, Samuel de, Œuvres de Champlain, Montréal, Éditions Élysée, 1981.

Cranston, J. Herbert, Etienne Brûlé : Immortal Scoundrel, Toronto, The Ryerson Press, 1949.

Dufresne, Charles et al., Dictionnaire de l’Amérique française, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1988, p. 64.

Jurgens, Olga, « Étienne Brûlé », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. I,
pp. 134-137.

Michaud, Michel, Le roman d’Étienne Brûlé, Montréal, Libre Expression, 1998.

Robinson, Percy J., Toronto during the French Régime : a history of the Toronto Region from Brûlé to Simcoe, 1615 -1793, Toronto, University of Toronto Press, 1965.

Sulte, Benjamin, « Étienne Brûlé », dans Mémoires de la Société royale du Canada, Section 1, 1907. [Ottawa], Société royale du Canada, 1907, pp. 97-126.

PARTENAIRES