Franco-Ontarian figures

René-Robert Cavelier de La Salle (1643-1687)

La Salle est sans contredit l'un des plus importants explorateurs du continent nord-américain du XVIIe siècle. Il fut fondateur de Lachine, seigneur de Cataracoui (aujourd'hui Kingston), découvreur des bouches du Mississipi.

Ayant un oncle dans la Compagnie des Cent-Associés et un frère sulpicien à Montréal, il se tourne donc vers l'Amérique. Arrivé dans la colonie française en 1667, il se voit concéder une seigneurie dans l'île de Montréal mais au bout de deux ans, il s'en départit pour financer un premier voyage d'exploration. En 1669, il se met en route par canot vers les Grands Lacs dans le but de se rendre dans le pays de l'Ohio où il croit pouvoir découvrir la route de la Chine. On ne connaît pas exactement les endroits explorés par La Salle entre 1669 et 1672 mais il fait partie de l'expédition de Frontenac de 1673 au lac Ontario et dirige la construction du fort Cataracoui (connu aussi sous le nom de fort Frontenac) dont il obtient le commandement en 1675.

En 1678, La Salle, obtenant la permission du roi de France « de découvrir la partie ouest de l'Amérique du Nord comprise entre la Nouvelle-France, la Floride et le Mexique », reprend ses explorations. Il fait constuire un bateau, Le Griffon, qui lui permettra de naviguer de la rivière Niagara jusqu'aux lacs Huron et Michigan et Michillimakinac. En 1680, il fait le voyage jusqu'au Sault Sainte-Marie, en explorant la région des Grands Lacs et celle des Illinois.

Il entreprend un voyage jusqu'aux bouches du Mississipi, de la rivière Arkansas en 1681. La Salle prit possession d'un territoire en 1682 et lui donne le nom de Louisiane. La Salle, qui obtient l'appui matériel du roi de France, prépare un projet d'établissement de la Louisiane en 1683. Il quitte la France en passant par Saint-Domingue, puis Cuba, en direction du Mississipi, mais il dépasse l'embouchure du fleuve et passe deux années au Texas. En 1685, accompagné de 180 hommes et femmes il tente d'établir une colonie. La Salle fonde un établissement dans la région du golfe du Mexique mais au bout de deux ans, c'est l'échec. Son expédition prend fin lorsque, tragiquement, La Salle se fait assassiner par un de ses hommes.

La découverte du Mississipi lui revient. Explorateur faisant preuve d'une force, d'une ténacité et d'un courage presque surhumains, La Salle demeure un des personnages les plus controversés de la Nouvelle-France.

Orientation bibliographique et repères archivistiques  :

Cazaux, Yves, Le rêve américain : de Champlain à Cavelier de La Salle, Paris, Albin Michel, 1988.

Dufresne, Charles et al., Dictionnaire de l’Amérique française, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1988, p. 207.

Dupré, Céline, « René-Robert Cavelier de La Salle », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol., I, pp. 178-190.

Leprohon, Pierre, Cavelier de La Salle, fondateur de la Louisiane, Paris, André Bonne, Collection Grand documentaire illustré, 1984.

Leprohon, Pierre, Le destin tragique de Cavelier de La Salle, Paris, Nouvelles Éditions Debresse, 1969.

Muhlstein, Anka, Cavelier de La Salle, ou, L’homme qui offrit l’Amérique à Louis XIV, Paris, 1993. (Traduit en anglais par Willard Wood, La Salle : explorer of the North American frontier, New York, Arcade Publishing, 1994).

Osler, E[dmund] B[oyd], La Salle, Don Mills, Longmans Canada, 1967.

Viau, Roger, Cavelier de La Salle, Tours, Mame, Série Figures canadiennes, 1, 1960.

PARTENAIRES