Franco-Ontarian figures

Séraphin Marion (1896-1983)

Séraphin Marion / Studio C. Marcil, Ottawa, [ca 1978]. Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Séraphin-Marion (P106), Ph152   

Membre de plusieurs sociétés savantes et littéraires, Séraphin Marion est membre, entre autres, de l'Académie canadienne-française, de la Société royale du Canada (1934) et de la Société des Dix. Ce grand défenseur des droits des Franco-Ontariens, conférencier en grande demande, Séraphin Marion est reconnu comme chef spirituel des Franco-Ontariens. Comblé d’honneur, le maître à penser de l’Ontario français reste en mémoire par ses écrits et de par ses discours; une école élémentaire française de la région d’Ottawa (Gloucester) et une rue, située sur le campus de l'Université d'Ottawa, portent son nom depuis 1987.

Séraphin Marion commence ses études primaires à l'école Garneau, puis entre à l'École secondaire de l'Université d'Ottawa et poursuit ses études au cours classique. Membre actif de la Société des débats français, il reçoit son baccalauréat ès arts en 1918 et part la même année pour le noviciat des pères oblats à Ville LaSalle (Québec). Toutefois, il renonce à la vie religieuse et revient à l'Université d'Ottawa où il rédige une thèse qui lui vaut une maîtrise ès arts.

En 1918-1919, Séraphin Marion est professeur à l'Université d'Ottawa. Ses sujets sont l'anglais, l'arithmétique et le dessin. En 1919-1920, il se retrouve à Paris où il fait des études en civilisation française à l'Université de la Sorbonne. De 1920 à 1925, Séraphin Marion enseigne au Collège militaire royal de Kingston. En 1924, il obtient un doctorat de la Sorbonne.

Séraphin Marion entre au service des Archives publiques du Canada en 1925, d'abord comme traducteur, puis comme directeur des publications historiques. Il prend sa retraite des Archives en 1955. Par ailleurs, il est professeur de littérature française et canadienne-française à l'Université d'Ottawa de 1925 jusqu'au milieu des années 1950. Après plus de vingt-cinq ans d'enseignement, il est nommé professeur émérite de la faculté des lettres. En 1927, il contribue à la fondation de la Faculté des lettres à l'Université d'Ottawa et la même année il est élu président de la Société des Conférences de l'Université d'Ottawa, poste qu'il occupera pendant treize ans. De 1929 à 1931, il est conférencier officiel de l'Association des Canadian Clubs ce qui l'amène à prononcer des conférences dans les villes importantes du pays.

En 1933, il reçoit un doctorat ès lettres de l'Université de Montréal. Collaborateur à la Revue de l'Université d'Ottawa, Séraphin Marion est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur la littérature canadienne-française dont une collection de neuf volumes intitulée Les lettres canadiennes d'autrefois (1939-1958). Un de ses ouvrages a été couronné par l'Académie française qui lui remet sa médaille de vermeille en mai 1933.

De 1945 à 1950, Séraphin Marion est secrétaire général de la Société royale du Canada et en juin 1955, il reçoit la médaille Tyrrell de cette Société.

En 1966, le Collège militaire royal de Kingston lui confère un doctorat honoris causa et en novembre 1972, Séraphin Marion reçoit la médaille d'argent du Conseil de la vie française en Amérique. En février 1974, la Ligue universelle du Bien Public (Paris) lui offre sa grande médaille de vermeil.

En 1975, il est nommé président d'honneur de l'Institut canadien-français d'Ottawa. En juin 1976, il est reçu membre de l'Ordre du Canada et est fait membre de l'Ordre de la francophonie « La Pléiade  » en 1980. Il est aussi récipiendaire de la médaille d'argent « Bene merenti de patria » de la Société Saint-Jean-Baptiste en 1982.

Marié à Monique Roy, il est le père de quatre enfants.

Né à Ottawa le 25 novembre 1896, Séraphin Marion meurt à Ottawa le 29 novembre 1983 à l'âge de 87 ans.


* * *
 

Ses études Hauts faits du Canada français et La domination canadienne-française, obsession du Canada anglais sont des ouvrages majeurs et le dernier est considéré comme un chef-d’œuvre.

Historien des droits des minorités, minutieux chercheur, polémiste de talent, s’affirmant par l’écriture, la publication d’études, par la parole comme professeur et conférencier, intervenant dans les débats de l’heure, bien outillé, sûr de lui - voilà Séraphin Marion.

Ce monsieur à moustache, veston et lorgnon, par son sens de la méthode et l’emploi du temps, par sa capacité de se tenir au courant des événements et surtout de produire à cadence surprenante et soutenue des œuvres de qualité, s’est révélé homme d’action de mentalité caractéristiquement moderne.

Ses œuvres font valoir d’elles-mêmes la patience du chercheur, la persévérance du révélateur  : Les lettres canadiennes d’autrefois, neuf tomes, « le premier monument de notre critique », disait Roger Lemoine.
     (Tiré du Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Fides, 1989, pp. 943-944).

Œuvres principales de S. Marion :

  • Relations des voyageurs français en Nouvelle-France au XVIIe siècle, PUF, 1923.
     
  • Un pionnier canadien. Pierre Boucher, Louis-A. Proulx, 1927.
     
  • En feuilletant nos écrivains. Étude de littérature canadienne, Librairie d’action canadienne-française, 1931.
     
  • Sur les pas de nos littérateurs, Éditions Albert Lévesque, 1933.
     
  • Les lettres canadiennes d’autrefois, 1939-1958, 9 tomes, ÉUO/Éditions l’Éclair.
     
  • Origines littéraires du Canada français, Éditions l’Éclair/ÉUO, 1951.
     
  • Hauts faits du Canada français, relevés et commentés par des Anglophones, ÉUO, 1972.


Citation :

« Aujourd’hui on croit sans la moindre hésitation à l’existence d’une littérature canadienne-française; et encore; de 1939 à 1958, j’ai eu le courage -- il en fallait alors -- de publier neuf volumes intitulés Les lettres canadiennes d’autrefois. »
        (Mots de Séraphin Marion en 1981).

- Voir le fonds Séraphin-Marion au Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa.


Orientation bibliographique et repères archivistiques :

Carrière, Fernan et al., Sur les pas de Séraphin Marion, Montréal, Service des transcriptions et dérivés de la radio, Société Radio-Canada, 1980.

Dufresne, Charles et al., Dictionnaire de l’Amérique française, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1988, pp. 235-236.

Fonds Séraphin-Marion, P106, Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Université d’Ottawa (Guide des archives du CRCCF, p. 167).

Gay, Paul, La Vitalité littéraire de l’Ontario français. Premier panorama, Ottawa, Les Éditions du Vermillon, Collection « Paedagogus » no 1, 1986, pp. 150-152.

Gay, Paul, Séraphin Marion : la vie et l'œuvre, Collection Visages, Ottawa, Les Éditions du Vermillon, 1991.

Hamel, Réginald, John Hare et Paul Wyczynski, Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Éditions Fides, 1989, pp. 943-944.

Lavoie, Eugène, Le Séraphin Marion de Paul Gay, dans LeDroit, Ottawa-Hull, 7 octobre 1991, p. 15.

Ressources franco-ontariennes 1978, [Lévesque, Gérard], Ottawa, Francophonie ontarienne, 1978, pp. 106-107.

« Séraphin Marion 1896-1983 » dans Bulletin des anciens, Université d'Ottawa, janvier 1984, vol. 34-1, p. 31.

Journal Le Droit, Ottawa, 30 novembre 1983, p. 2; 1er décembre 1983, p. 2.

Voir le fonds Séraphin-Marion au Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l'Université d'Ottawa.

PARTENAIRES