La communauté franco-ontarienne

La géographie de l’Ontario

Sur le plan géographique, l’Ontario constitue certes un territoire exceptionnel. S’étendant d’est en ouest sur 2 100 kilomètres et du nord au sud sur plus de 1 600 kilomètres, la province couvre 1 068 630 kilomètres carrés, ce qui représente environ deux fois la superficie de la France.

Ce très vaste territoire est divisé en 3 régions physiques distinctes. La péninsule ontarienne (soit la région comprise entre les lacs Hurons, Érié et Ontario) ainsi que l’extrême est de la province (à savoir la région d’Ottawa, d’Hawkesbury et de Cornwall) constituent une zone de basses-terres à forêt mixte correspondant à environ 10 % du territoire provincial et dont les sols fertiles d’origine glaciaire ou lacustre sont en mesure de supporter une agriculture très diversifiée. De par sa situation méridionale (la ville de Windsor est à la même latitude que le nord de la Californie) et la proximité des Grands Lacs, le sud de cette région jouit d’un des climats les plus doux de l’ensemble du Canada.

La zone centrale de la province - qui comprend 60 % du territoire - est caractérisée par les roches essentiellement intrusives et métamorphiques du Bouclier canadien, roches qui sont parfois vieilles de plus de 2 milliards d’années et qui comptent parmi les plus anciennes de la planète. Il s’agit d’une région de plateaux et de collines arrondies regroupant la majorité des 250 000 lacs de la province. Un bourrelet central localisé au nord de la baie Georgienne et des lacs Huron et Supérieure y définit, sur plus de 1 600 kilomètres, la ligne de partage des eaux entre le bassin versant des Grands Lacs et celui de la baie d’hudson. La pauvreté des sols jumelée à la rigueur du climat de type continental à hiver froid n’y favorisent pas le développement de l’agriculture. La région est cependant recouverte d’une immense forêt composée principalement de résineux, quoique la zone sud-est, près de North Bay et du parc Algonquin, présente une forêt plus mixte. En outre, le Bouclier dispose d’importantes richesses minérales telles que le nickel, le cuivre, le zinc, l’or, l’argent, l’uranium, le fer et le cobalt qui font l’objet d’une intense exploitation.

Enfin, le nord de la province, en bordure des baies d’Hudson et de James, représente une zone de basses-terres caractérisée par une abondance de terres humides, et particulièrement de tourbières. Le climat de cette région étant de type subarctique, la zone se caractérise par la présence de pergélisol et par une végétation de conifères clairsemés semblable à la taïga.

Du reste, l’Ontario présente d’autres particularités géographiques intéressantes : notons que l’importance de sa couverture forestière en fait l’un des territoires les plus boisés de la planète, qu’en raison de l’existence des Grands Lacs, la province constitue l’une des plus importantes réserves d’eau douce du globe et que l’île manitoulin, située dans la baie Georgienne, s’avère être la plus grande île en eau douce au monde, pour ne nommer que quelques exemples.


Carte politique de l’Ontario
Source : Ressources naturelles Canada

Relief de l’Ontario
Source : Ressources naturelles Canada

 

PARTENAIRES