Silhouettes franco-ontariennes

Joseph Le Caron (1586-1632)

Le père Joseph Le Caron agit en précurseur lorsqu'il s'amène en Nouvelle-France. À peine un mois après son arrivée, il fonde la première mission en Huronie. En présence de Champlain et des Français qui l'accompagnaient, il célèbre la première messe en terre « ontarienne » le 12 août 1615. Il passe plus d'une douzaine d'années dans la nouvelle colonie et laissera à la postérité ses premiers écrits, dites relations, qui constituent une étude approfondie des Amérindiens, de leurs mœurs et des obstacles à leur conversion.

Le nom de la désormais célèbre école française de Penetanguishene, ouverte en 1981, rappelle le souvenir de ce missionnaire de la toute première heure.

Entré chez les prêtres récollets où il fait sa profession religieuse en 1611, Joseph Le Caron ainsi que trois autres pères se dirigent vers la Nouvelle-France, en 1615, en compagnie de Samuel de Champlain. À l'été de 1615, il s'établit à Carhagouha, chez les Attignaouantans (nation de l'Ours) « pour apprendre leur langue et annoncer le nom de Dieu».

Nommé commissaire provincial de sa communauté à Québec, le père Le Caron resta chez les Montagnais de Tadoussac en 1618-1619 et assumait les doubles fonctions de missionnaire et de maître d'école. Les Récollets ouvre un séminaire à Québec en 1620. En 1623-1624, le père Le Caron retourne au village de Carhagouha, en Huronie, puis est à nouveau chez les Montagnais.

Les activités du père Le Caron en Nouvelle-France se terminent en septembre 1629 puisqu'il doit quitter Québec pour la France avec ses confrères lorsque la ville passa aux mains des Anglais. Il ne devait jamais y retourner.


Citations :
Voir René Dionne, Anthologie de la littérature franco-ontarienne des origines à nos jours, tome 1, Prise de parole, 1997, pp. 33-38.

Orientation bibliographique et repères archivistiques  :

Dufresne, Charles et al., Dictionnaire de l’Amérique française, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1988, p. 213.

Dionne, René, Anthologie de la littérature franco-ontarienne des origines à nos jours, tome 1 : les origines françaises (1610-1760), les origines franco-ontariennes (1760-1865), Sudbury, Prise de parole, Collection Histoire de la littérature franco-ontarienne, 1997, pp. 33-38.

Gingras, Frédéric, « Joseph Le Caron », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. I,
pp. 448-449.

Jouve, Odoric-Marie, Les Franciscains et le Canada. Établissement de la foi, 1615-1629,
vol. 1, Québec, Couvent des Sœurs Stigmates, 1915, chap. VII, pp. 69-86; pp. 353-362.

Marchildon, Daniel, La Huronie, Ottawa, Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques, Collection PRO-F-ONT, 1984.

Sylvestre, Paul-François, Les communautés religieuses en Ontario français. Sur les traces de Joseph Le Caron, Montréal, les Éditions Bellarmin, 1984, pp. 12-13.

PARTENAIRES