Silhouettes franco-ontariennes

«Les Flying Frenchmen»

Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Léonard-Beaulne (P198),
Ph164-388détail

Jean-Baptiste « Jack » Laviolette, 1879-1960
Didier Pitre, 1884-1934
Édouard « Newsy » Lalonde, 1887-1970


Véritables héros du sport national canadien, joueurs de hockey légendaires, ces trois compagnons consacrent leurs vies aux disciplines sportives de la crosse et du hockey et marqueront l’histoire du hockey à ses débuts.

Hockeyeurs professionnels avec le club de hockey Les Canadiens de Montréal, le fameux trio franco-ontarien Laviolette-Lalonde-Pitre, surnommé « The Flying Frenchmen », participe à la conquête de la toute première coupe Stanley du Canada en 1916. Élevés aux Temples de la Renommée du Hockey et de la Renommé des sports comme joueur de crosse, les prouesses sportives exécutées par Laviolette et Lalonde impressionnent les connaisseurs de l’Ouest du Canada; de ce fait, ils sont reconnus comme étant parmi les plus grands joueurs de l’histoire du hockey et de la crosse.

Jack Laviolette, né à Belleville, joue au hockey et à la crosse de 1899 à 1910 comme amateur et comme professionnel avec plusieurs équipes. Durant quatre ans, il fait partie de la Ligue internationale avec l’équipe de Sault-Sainte-Marie. Son style exubérant lui vaut une réputation de casse-cou. Il se joint au club des Canadiens de Montréal - la plus ancienne équipe canadienne - en 1909, année de leur formation. Excellent patineur, appelé familièrement « Speed Merchant », Laviolette évolue pendant sept ans avec, entre autres, son ancien co-équipier de la crosse, Édouard « Newsy » Lalonde. Un accident d’automobile en 1917 met fin à sa carrière de joueur, mais il reste associé au hockey comme arbitre.

Natif de Cornwall, Édouard Lalonde commence sa carrière de joueur de hockey en 1905 dans sa ville natale, après avoir été employé dans un journal, ce qui lui vaut son surnom, « Newsy ». Il la poursuit en Ontario, à Saskatoon, à Vancouver et surtout à Montréal où il fait partie de l’équipe des Canadiens pendant neuf ans (1910 et 1913-1922) comme joueur - il est le premier capitaine du tricolore - et pendant deux ans comme entraîneur. L’un des plus prolifiques marqueurs, il remporte le championnat des compteurs au tournoi dans quatre saisons. Lalonde est aussi un remarquable joueur de crosse, notamment à Cornwall et à Vancouver et, en 1950, Lalonde est désigné « Meilleur joueur de la première moitié du siècle  » à ce sport qu’il disait préférer au hockey.

Tout comme Laviolette et Lalonde, Didier Pitre, né à Sault-Sainte-Marie, se défend très bien à la crosse, où il évolue avec un grand nombre d’équipes. Il joue 19 saisons de hockey professionnel avec des équipe de Montréal et de Vancouver. Il est surnommé « Cannonball  » par les amateurs de crosse.

Orientation bibliographique :

Les « Flying Frenchmen » - Jean-Baptiste Laviolette, Didier Pitre, Édouard Lalonde:

Dufresne, Charles et al., Dictionnaire de l’Amérique française, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1988, pp. 199, 208-209.

Ferguson, Bob, Who’s Who in Canadian Sport, Scarborough, Prentice-Hall, 1977; Toronto, Summerhill Press, 1985, pp. 142, 144, 198-199.

Jean, Sylvie, Nos athlètes, Ottawa, Les Éditions L’Interligne, 1990, pp. 92, 96-97, 106-107.

Mouton, Claude, Les Canadiens de Montréal. Une dynastie du hockey, Scarborough, Van Nostrand Reinhold, 1981.
 

Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Léonard-Beaulne (P198),
Ph164-388détailA
Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Léonard-Beaulne (P198),
Ph164-388détailB
Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Léonard-Beaulne (P198),
Ph164-388détailC

 

PARTENAIRES